AccueilActualitésA la uneLettre ouverte du Président d’EMMAÜS Solidarité

Lettre ouverte du Président d’EMMAÜS Solidarité


09.09.2016

Paris, 9 septembre 2016

Incendie et incidents à Forges-les-Bains

 

L’annonce du projet de création d’un centre provisoire d’hébergement de personnes migrantes à Forges-les-Bains a entrainé successivement, un incendie manifestement criminel puis, en dépit de nombreuses bonnes volontés, dont celles d’élus de la commune, d’instaurer préalablement un indispensable dialogue avec les habitants, le sabotage d’un débat explicatif nécessaire qui aurait pu contribuer à désamorcer les inquiétudes et à calmer les esprits mais qui fut totalement entravé par les tenants du rejet et de l’exclusion débarqués en nombre d’on ne sait où.
L’association EMMAÜS Solidarité a été mandatée par l’État et la Ville de Paris pour porter ce dossier. En qualité de Président de celle-ci je voudrais rappeler quelques vérités.

Qu’on le veuille ou non, qu’on l’instrumentalise ou pas, la nécessité de prendre collectivement en compte, humainement et fraternellement, avec bienveillance et exigence, l’accueil des réfugiés et des naufragés du monde est pour longtemps à l’horizon de nos sociétés. Dans ces conditions, le principe d’humanité doit gouverner les autres principes.Fidèle en cela au message de l’abbé Pierre d’avoir à servir premier le plus souffrant, l’association EMMAÜS Solidarité entend, avec professionnalisme et sérénité, continuer à œuvrer pour l’accueil inconditionnel des réfugiés et des migrants, au même titre que pour l’accueil des SDF, dans des conditions dignes et conformes aux valeurs de la République que nous avons en partage. Elle continuera à le faire modestement, à sa place et avec beaucoup d’autres, forte du soutien des acteurs institutionnels et associatifs, mais aussi de l’implication de ses équipes salariées et d’un grand nombre de bénévoles car les trottoirs de Paris comme la boue de Calais ne sont pas faits pour les hommes.

L’État, dont c’est la compétence, vient d’annoncer enfin, au plan national, un renforcement du dispositif d’hébergement et de mise à l’abri des migrants pendant qu’il soutient l’ouverture par la Ville de Paris d’un dispositif exceptionnel de premier accueil des primo arrivants. Nous participons pleinement à cet effort nécessaire en veillant à sa pleine et entière application et nous continuerons à combattre l’indifférence, le rejet et la stigmatisation, à l’égard des personnes qui, à la suite de parcours traumatiques, se retrouvent reléguées dans des lieux et campements insalubres.

Pour accueillir dignement 3.500 personnes chaque jour, EMMAÜS Solidarité gère d’ores et déjà 65 structures d’hébergement ou de logements adaptés, dont 5 centres en Ile-de-France à destination de migrants.Ainsi en est-il, par exemple, de l’ancien Lycée Jean Quarré (squatté durant l’été 2015 par 1.305 personnes dans des conditions de vie inhumaines, indescriptibles et intolérables) transformé en février dernier en un centre d’une capacité d’accueil de 145 hommes migrants célibataires qui fonctionne aujourd’hui parfaitement. Une simple visite de cet établissement, à laquelle j’invite toute personne de bonne foi, permet à elle seule de lever toute confusion et interprétation mensongères sur les risques prétendus liés aux personnes accueillies. Mitoyen d’un établissement scolaire, cet établissement est parfaitement intégré dans l’environnement local et des activités s’y développent en lien avec les habitants du quartier. Aucun incident n’a jamais été enregistré depuis son ouverture. Notre travail a précisément pour but d’amener à vivre ensemble, dans la tolérance et le respect réciproque, des personnes aux parcours personnels souvent heurtés, initialement très éloignés les uns des autres. Tant il est vrai que l’accompagnement des personnes en difficulté ne relève pas de l’invective mais bien d’un travail rigoureux de professionnels compétents, renouvelé patiemment dans la quotidienneté. Telle est la mission et tel est de l’honneur des équipes d’EMMAÜS Solidarité.

Chacun peut aussi, à tout moment, en voisin, aller se rendre compte, dans un des nombreux établissements de l’Essonne que gèrent parfaitement d’autres associations comme la nôtre, que cet accompagnement professionnel de personnes en difficulté, réfugiés et migrants compris, n’entraîne aucune difficulté particulière de relations entre les personnes hébergées et l’environnement proche.

Quoi qu’il en soit, je m’engage solennellement à assurer, en étroit rapport avec les autorités et les riverains, le bon fonctionnement de ce centre provisoire d’hébergement. Je forme le vœu qu’après le temps de l’incompréhension et de l’invective nous puissions tous nous retrouver autour de la valeur de fraternité que porte notre devise républicaine.

 

Paul DUPREZ

Président d’EMMAÜS Solidarité.

Télécharger La Lettre dans son intégralité.

Share on Facebook0Tweet about this on Twitter0Email this to someone