AccueilActualitésArchives5 associations qui comptent en campagne

5 associations qui comptent en campagne


Le CCFD-Terre solidaire, Emmaüs France, ATD Quart-Monde, la Cimade et le Secours catholique publient un ouvrage commun pour affirmer la possibilité d’une société du vivre ensemble.

10.04.2012

En cette année électorale, tous les lobbyistes de France adressent leurs requêtes aux candidats à l’Élysée et aux médias, avides de bonnes idées. Cinq d’entre eux, à la tête des principales ONG de solidarité explicitement ou d’origine chrétiennes, ont décidé de faire copie commune autour de leur constat et de leur vision de la société à faire advenir (1).

Dans leur manifeste Nous pouvons (vraiment) vivre ensemble, Guy Aurenche (CCFD-Terre solidaire), Christophe Deltombe (Emmaüs France), Pierre-Yves Madignier (ATD Quart-Monde), Patrick Peugeot (Cimade) et François Soulage (Secours catholique) affirment que « les crises sont des moments privilégiés pour porter un diagnostic sur notre santé collective, prendre des décisions et imprimer un cours nouveau à la marche de notre histoire nationale et européenne. Temps de crise, temps d’opportunité ».

Face à l’individualisme de la société et à ses risques – « l’injonction faite à chacun de se réaliser par lui-même, dans une dé­mar­che individualiste qui peut être bénéfique pour les plus forts et destructrice pour les plus faibles » – les auteurs mettent en avant l’adverbe « ensemble ». « Nous dépendons les uns des autres et tant mieux », affirment-ils.

Très remontés contre le sort réservé aux migrants – traitement « erroné, à partir de préjugés plutôt qu’à partir de faits », débat « souvent peu digne, parfois proprement scandaleux » – les responsables associatifs goûtent peu à la politique du chiffre qui amène à « délaisser ceux qui auraient le plus besoin d’une attention soutenue et individualisée ». Ils appellent également à tourner le dos à la « marchandisation croissante », pour chercher « une vie plus simple, plus sobre […] en accordant une place plus importante à nos choix alimentaires ».

SILENCE SUR LE LOGEMENT

La décroissance, devant laquelle les responsables chrétiens sont toujours très réservés, est timidement avancée dans « certains secteurs : par exemple, ceux qui produisent de l’énergie carbonée ».

Confrontés aux velléités protectionnistes de certains candidats, nos auteurs, résolument universalistes, choi­sis­sent d’ouvrir les portes.« Faut-il ériger des barrières et des remparts pour nous protéger des autres peu­ples qui nous menaceraient, ou au contraire, imaginer avec eux de nouvelles solidarités qui soient bénéfiques à tous ? Nous retenons la se­conde option. » Accusés de « décrochage » de la réalité sociale, les partis politiques sont mis en cause pour leur silence sur le lo­gement, « comme s’ils s’étaient implicitement mis d’accord pour ne pas aborder certains sujets, pourtant en première ligne des inégalités entre Français ».
Les associations demeurent attentives au rôle que l’État tend à leur assigner. Et perçoivent le piège de devenir des sous-traitantes du service public, cantonnées à ré­pondre aux appels d’offres et perdant alors capacité d’initiative et possibilité de critique. « Entre la prestation de service et l’interpellation des pouvoirs publics, il existe une autre modalité d’action : elle consiste à aller rejoindre les exclus, non pas pour leur apporter quelque chose, mais pour partager leur vie et contribuer à susciter parmi ces exclus des acteurs de transformation sociale. »

Dépassant la critique, les cinq présidents listent leurs recettes pour faire advenir ce « vivre en­sem­ble » : développement de l’Éco­nomie sociale et solidaire, aide à l’émergence d’une société civile mondiale, lo­gi­que de partenariat.
En conclusion de ce texte court et dense, mûri par la pratique et la réflexion, les auteurs appellent à une « so­lidarité sociale que nos concitoyens souhaitent ». On ai­meraient sincèrement les suivre sur le dernier point. Les urnes donneront une réponse.

(1) Chacune mène, dans le mêmes temps, des campagnes spécifiques dans son domaine d’action : Le CCFD Terre solidaire ; Emmaüs France ; ATD Quart-Monde ; La Cimade ; le Secours catholique

« Nous pouvons (vraiment) vivre ensemble » sur facebook.

Soirée de présentation jeudi 12 avril à Paris (19h, Temple de l’Étoi­le, 54 avenue de la Grande armée, 17e).

(Avec TC, du 5 avril 2012)

Share on Facebook0Tweet about this on Twitter0Email this to someone