AccueilActualitésArchivesMineurs isolés étrangers : Mieux les connaître, pour ...

Mineurs isolés étrangers : Mieux les connaître, pour mieux les protéger.


L'Association Emmaüs et l'Ecole Normale Supérieure ont invité la sociologue Angélina Etiemble pour une conférence-débat du cycle "La Rue, parlons-en" le 5 mai dernier. Spécialiste des questions d'immigration et membre du Topik (collectif de recherche et d'intervention en sciences humaines et sociales), Angélina Etiemble est venue présenter son travail sur la question des "mineurs isolés étrangers".

10.05.2010

Après avoir défi ni les termes de son étude, l’intervenante a précisé que cette population est difficile à connaître, même si des profils dominants sont reconnus.

Entre 2 500 et 5 000 « mineurs étrangers isolés » seraient en France actuellement. Si la question semble d’actualité, la sociologue a tenu à rappeler qu’elle avait été identifiée dès la fin des années 90. Parce qu’elle touche des enfants ou de très jeunes adultes, la question de leur présence sur le territoire français ne cesse de soulever des interrogations à différents niveaux administratif ou associatif. De la protection des mineurs en passant par le vide juridique relatif aux zones d’attentes des aéroports ou du non-respect de la convention internationale des droits de l’enfant, les « mineurs étrangers isolés » constituent une population difficile à recenser, accueillir, orienter et soutenir.

Ils sont majoritairement de sexe masculin, âgés de 15 à 18 ans et issus de très nombreuses nationalités différentes, même si les pays les plus représentés actuellement sont : la Roumanie, la République Démocratique du Congo, la Chine, le Maroc et l’Afghanistan. Grâce à des entretiens auprès de mineurs étrangers bénéficiant de l’aide sociale à l’enfance, Angelina Etiemble tente de repérer le projet migratoire des jeunes et établit une typologie selon la raison de leur départ du pays d’origine : les exilés, les mandatés, les exploités, les fugueurs et les errants. Il s’agit en fait de créer des repères afin de mieux aborder cette population et de permettre à ces jeunes de se voir appliquer les principes de droit commun.

L’intégralité de la conférence sera publiée sous forme de livret en octobre prochain.

Share on Facebook0Tweet about this on Twitter0Email this to someone